Publications


Livret d’entretiens 01
(Cliquez sur l’image pour visionner ou télécharger le .pdf)

Nous publions ici une sélection des entretiens réalisés par des étudiantes de Master en Arts de l’université de Saint-Etienne pendant le confinement du printemps 2020.
Par mail, en visioconférence ou par téléphone, les étudiantes ont contacté les artistes invités pour Carbone 20 pour les interroger sur leurs collectif, espace, mode d’organisation, et pour comprendre comment se construisent et vivent ces projets.

Ceci est une publication expérimentale provoquée par une situation inédite, les rencontres qui auraient dû avoir lieu par les œuvres et sur le terrain ont été remplacées par des rencontres de mots, par le dialogue à distance, parfois oral, parfois écrit.Ainsi, chaque entretien possède son style et sa singularité.

C’est aussi à travers cette édition, une rencontre entre deux structures de formation en art et en design : les propos recueillis par les étudiantes de l’université ont été mis en page par deux étudiantes de l’ESADSE en design média qui ont pensé l’ensemble de l’édition.Cette première partie compte six entretiens, mais la publication est évolutive.
D’autres suivront, et puisque Carbone 20 fut une biennale d’un jour, de nouvelles expériences ont été faites et de nouveaux témoignages en naitront.

Carole Nosella, novembre 2020

Journée d’étude/Publication

Le projet de journée d’étude s’est transformé en projet de publication et constituera une partie du catalogue prospectif Carbone 20, à paraitre en 2022, un partenariat IDOINE, CARBONE et ECLLA (ancien CIEREC)

Constellations : pratiques collégiales dans le champ de l’art.
À propos de communautés artistiques temporaires, de réseau éternel et d’auto-organisation.

Réunis par des rencontres, des affinités électives, des énergies désirantes qui cheminent ensemble un temps et prennent des formes appelées selon les circonstances, groupe, communauté, compagnons, collectifs, les artistes fabriquent des espaces temps propres à leur activité — ainsi des artist-run spaces, revues, oeuvres collectives…

Ces modes d’organisation autonomes et temporaires (Chevalier,2016 ; Eyquem, Lyobard et al., 2013) sont autant de propositions esthétiques qui affectent les pratiques artistiques de leurs initiateurs, les modes d’exposition et de circulation. Suivant des logiques d’apparition et de disparition, ces initiatives entretiennent entre elles des liens fluctuants, intenses ou légers, qui fabriquent autant de tentatives.

Au sein de ces pratiques qui font appel au collectif, naissent d’autres manières de faire : le groupe comme proposition esthétique, la communauté temporaire comme atelier, la collaboration comme véhicule.

À travers des témoignages et mises en perspective historiques, avec des artistes et théoriciens, il s’agira de réfléchir aux pratiques collégiales où s’inventent des organisations, des lieux, des espaces aux fonctionnements et formes ad hoc.

Celles-ci questionnent les rapports à l’activité, au temps, aux réseaux et aux circulations dans le contexte néolibéral actuel. Comment s’articulent ces initiatives avec les pratiques et les trajectoires des artistes ? Comment leur place évolue-t-elle dans les mondes de l’art ? En quoi cela nous informe quant aux pratiques artistiques contemporaines ? À un état de l’art contemporain et de ses productions ? Comment ces organisations artistiques se situent par rapport aux autres institutions ? Quelles économies proposent-elles ? Qu’est-ce que cela fabrique comme propositions esthétiques ?

Qu’elles se nomment organisations, initiatives, entreprises critiques, communautés utopiques, elles sont toujours tentatives d’être et de faire ensemble (Sennett, 2014), et créent de nouvelles manières de concevoir à la fois le champ de l’art et la société.

Cette publication est l’occasion d’étudier des points de croisement entre ces pratiques qui font état du commun (Nicolas-Le Strat, 2016) et le questionnent.

Contributeurs/trices : Olivier Marboeuf, Julie Hascoët, Pauline Chevalier, Pierre Courtin, Collectif Supended Spaces, Camille Laurelli, Tracy Hanna, François Marcelly-Fernandez.

Comité d’organisation : Akim Pasquet, Idoine (Eléonore Pano-Zavaroni, Pascale Riou, Coralie Guillaubez, Jérémy Glâtre), Carole Nosella, Marie Kaya.

© Biennale Carbone- 2021